Bouffe et placotage Tome I

Il y a presque un an et demi que je n’ai pas rédigé de journal alimentaire.

C’est une honte.

Préparez-vous un breuvage et une collation.

On jase.

Ce journal mérite une mise en contexte parce que je risque d’y déblatérer un tas de trucs. Vous savez, on a tous ces périodes un peu plus grises où on se sent plus moroses que d’habitude sans trop savoir pourquoi…et ça peut en fait être causé par une multitude de facteurs. Quand ça coïncide avec la visite de l’armée rouge, c’est la merde. C’est cette période du mois où les femmes ont trois options de personnalité: rester soi-même, devenir fefille et sentir ses ovaires se transformer en lambeau ou se changer en Hulkette et vouloir dévisser le plus de têtes possible. Ces trois facettes peuvent s’entremêler à différents moments.

Plusieurs fois par jour et sans préavis.

Désolée, messieurs.

Depuis que j’ai un mini-humain à ma charge, je m’aperçois que ces périodes de fatigue mentale et/ou physique sont plus rough, du moins c’est l’impression que j’ai…Bien sûr, bébé évolue et on te dit que ça ne peut qu’aller mieux, ce qui n’est pas faux. Ni vrai non plus en fait. Chaque phase a ses défis…Depuis qu’il s’est fait installé le 4×4, il nécessite une garde plus rapprochée disons…oh et surveille tes doigts parce qu’il est possible qu’il essaie de t’en croquer un bout. J’ignore encore si c’est une tendance cannibale ou de l’amour féroce.

Bref, c’est l’estomac vide, le cerveau dans le brouillard, une tasse de café chaud et mon mini-explorateur comme compagnons que je commence ce journal…

Tasse de café

Il est extrêmement rare que je commence ma journée avec un café; c’est généralement plus un luxe d’après-midi qui fait office de substitut de sieste. Fouillez-moi pourquoi, mais le café que j’ai à la maison, je le trouve infecte. J’y ajoute donc un semblant de crème à café. Il en existe quelques variétés, mais c’est le Silk Original que j’avais sous la main ce matin. Je n’en achète pas souvent ce qui fait que j’oublie toujours celui que je préfère. Je prends le guess à chaque achat…et je me trompe 99% du temps!

Parlant de sieste…Pourquoi on perd ce privilège quand on est adulte? Ah oui…pour payer notre hypothèque, nos loisirs extravagants et les 42 000 activités des kids…La sieste est un incontournable quotidien du bébé et même de l’enfant, mais un adulte qui fait un p’tit coucou à Morphée en plein milieu d’après-midi sera critiqué pour sa contre-productivité flagrante.

Bien franchement, quand j’étais enceinte (et même avant) et que j’étais assignée au bureau, je dormais pendant ma période de dîner. C’était à peu près le seul moyen de me rendre à la fin de la journée parce que j’avais arrêté la caféine pendant ma grossesse. Faut dire aussi que je considère les effets du café comme plutôt subtils sur moi. C’est plus un réconfort qu’un énergisant, pour une raison que j’ignore.

Pour donner de l’énergie, rien de mieux que de la bouffe.

Déjeuner maman et bébé

Suis-je la seule à ressentir cet espèce de pincement quand absolument toutes les bananes de l’étalage à l’épicerie sont vertes? J’ai du attendre trois fucking jours avant de pouvoir me faire un sacro-saint smoothie. J’imagine que c’est le karma qui voulait que je vous montre quelque chose de plus élaboré. Et bien voici…yogourt de soya à la vanille avec granola maison et petits fruits. Pour le petit humain, le granola a été remplacé par des graines de lin moulues et des graines de chia. Parce que v’savez, j’connais la manœuvre en cas d’étouffement, mais j’ai aucune envie de tester mes compétences!

Bol granola et petits fruits

Bébé mange la même chose que le reste de la famille, à quelques adaptations près et il est de la partie à tous les repas. Puisque les petits apprennent grandement par imitation, ce n’est que logique de le faire participer.

Salade de nouilles et vinaigrette tahini

Un avantage de faire participer bébé à tous les repas, c’est que ça t’oblige à prendre tes repas! Tu dois aussi prendre conscience de ce que tu manges et faire un effort (conscient ou pas) pour lui offrir un repas sain et nutritif. Personnellement, c’est au dîner que ç’a vraiment fait une différence pour moi, car c’était généralement le repas le plus s’ul fly de la journée. Ça peut paraître chiant, mais t’es finalement obligé de t’arrêter pour prendre le temps de manger…mais vraiment, est-ce que ça ne devrait pas toujours être comme ça?  Douce ironie qu’un bébé soit la toute puissance qui te rappelle de prendre du temps pour prendre le temps!

Ce midi, nous avons donc pris le temps le déguster…roulement de tambour…des restes! Il s’agit d’une salade de nouilles très simple avec des légumes et une vinaigrette au tahini. Et le refill de mon café du matin! Je peux téter un café une journée entière s’il le faut, ne me mettez même pas au défi. Puisque le miniature adore les oranges et qu’il a un p’tit nez coulant ces temps-ci, il a eu droit à la dernière orange tristounette d’avoir été négligée si longtemps dans mon frigo!

Bébé a commencé à manger des purées maison qu’on lui donnait à la cuillère un peu avant 6 mois…parce qu’on est allé au feeling. Il existe soi-disant plusieurs indices pour savoir si ton rejeton est prêt à commencer le solide, mais les sources ne s’entendent pas. Certains médecins recommandent de la nourriture à des bébés aussi jeunes que 3 mois, ce que je trouve franchement trop tôt vu l’immaturité de leur système. Des recherches prouvent effectivement  qu’introduire les aliments complémentaires trop tôt bouscule le développement du microbiote de bébé et l’expose ainsi à avoir différents problèmes de santé plus tard…du moins ses chances semblent augmenter. Les aliments solides sont complémentaires au lait maternel/maternisé et j’ai parfois l’impression qu’on obsède sur la quantité de nourriture qu’un bébé devrait manger…bébé potelé ne rime pas forcément avec bébé en santé.

On oublie vite qu’elles sont très intelligentes ces p’tites bêtes-là…donnez leur l’opportunité de manger et elles mangeront ce dont elles ont besoin.

J’m’emporte! Je devrais garder ma montée de lait virtuelle pour un article sur l’alimentation du bébé, qu’est-ce que vous en pensez?

Bref, Ça m’a pris peut-être deux semaines pour me rendre compte que la purée n’était pas l’option parfaite, bébé étant si curieux et avide d’autonomie! Je pouvais remplir la cuillère, la mettre devant lui et il l’amenait lui-même à sa bouche.  On a donc pris un virage s’apparentant plus à la diversification menée par l’enfant, ou DME.  À maintenant presque 10 mois, bébé se débrouille très bien et ne se montre pas très difficile!

Et oui…petit homme a bientôt presque 10 mois…Au début, je ne croyais pas tant que ça ceux qui me disaient d’en profiter parce que ça passe vite. Peut-être parce qu’on a eu des débuts cahoteux dont j’espérais voir la fin…

Mais, au final, ils avaient raison.

M’excuse.

10 mois bientôt et toujours aucune trace de sa binette sur les Internets, me direz-vous?

Effectivement.

Quand on est parent en devenir, on se fait pleins de promesses.

«Mon bébé ne regardera pas la télé…»

«Je ne serai pas comme ces parents qui s’encabanent…»

«Mon bébé ne porte que des cache-couches en coton biologique équitable cousus à la main par une autre mère parce qu’elle, elle me comprend…»

Rapidement, pour une raison ou pour une autre, on finit tous par flancher pour certaines choses. Avant que bébé arrive, papa et moi on s’était promis de ne pas mettre de photos du petit sur Facebook.

Apparences qu’on tient nos promesses. Y’a même pas un pied du p’tit dans le recoin d’une photo.

Bien sûr, on a annoncé sa naissance, mais en y repensant bien…Facebook rend les choses à la fois tellement plus froides, mais aussi si déculpabilisantes.

Y’a pas si longtemps, quand un couple d’ami accueillait un enfant, on leur laissait le temps de rentrer de l’hôpital (ou pas!), puis on aller zieuter de nos yeux vus cette petite chose en apportant cigare pour papa et suspicions sur le nombre de centimètres de déchirement pour maman.

Maintenant, les nouveaux parents mettent tout ça sur Facebook, parfois live de l’hôpital, leur 436 amis respectifs vont les féliciter et leur dire à quel point leur bébé est magnifique, puis pouf.

Fini.

Donc, pour en revenir aux photos sur les réseaux sociaux, on se dit que ceux qui tiennent vraiment à faire la connaissance de notre magnifique mini-nous voudront le voir en personne. Ensuite, et ça semble oublié par beaucoup trop de gens, ç’en est inquiétant, ce que tu mets sur le net ne t’appartient plus. Nous n’avons aucune envie que des photos de notre garçon soient utilisées à notre insu, whatever le but.

Écoutez-vous Dr. Phil?

Moi oui.

Dans un épisode, il recevait une dame qui inondait son Facebook de photos de ses jumelles. Eh bien une autre femme se les était appropriées et en avait placardé les murs de son appartement, faisant accroire que c’était ses filles.

Merci, mais non merci.

Tant qu’à parler de télé…est-ce qu’elle est invitée à votre table pendant les repas? Dans la maison de mes parents, la salle à manger et le salon sont deux pièces distinctes, j’ai donc un souvenir très clair que nos soupers se passaient en famille, à table. Pas de télé.

J’essaie de reproduire la même chose avec mini-humain, ce qui n’est pas très difficile considérant que je n’ai qu’à appuyer sur un bouton pour faire taire cette foutue machine.

En fait, j’ai menti. Je ne ferme pas la télé; je la mets juste sur un poste musical. Autrement, c’est une distraction qui tue le côté social du repas.

Ok, vous me direz que ce n’est pas avec un gamin de 10 mois que j’ai les conversations les plus profondes…

De un, je vous dirai que c’est faux…je peux dire des choses très philosophiques, c’est juste que j’ai peu de feedback et lorsque j’en ai, il est plutôt basique…

De deux, interagir avec lui, faire des sourires, lui expliquer ce qu’il mange, lui demander si c’est bon, lui montrer qu’on peut partager…ça fait aussi partie de la sociabilité du repas!

Il m’arrive encore trop souvent parfois, surtout au moment du souper, de lui donner son repas et t’attendre qu’il soit couché pour manger. Des fois, c’est parce que je manque de temps pour lui faire un bon souper et qu’on a en masse de restes, d’autres fois, c’est parce que j’ai envie d’un souper spécifique…mais pas très nutritif!

Comme ce soir où j’avais très envie de pâtes à l’ail.

Pâtes à l'ail et à l'huile d'olive

C’est probablement la recette de pâtes la moins élaborée de toute l’histoire des recettes de pâtes, mais c’est si bon. Ce ne sont que des spaghetti aspergés d’huile d’olive auxquels on incorpore du chili broyé, une gousse d’ail, du persil et une montage de parmesan végétal maison. BOOM!

J’avoue que c’est une stratégie niaiseuse parce que je me trouve à préparer deux soupers et je mange le mien très/trop tard. Ça hypothèque ma soirée alors que je pourrais être ultra productive…En plus, je viens cracher sur mon argument disant que les petits apprennent par imitation. Double fail.

J’ai tout de même pris la peine de me faire un snack de fin d’après-midi des plus acceptable. Une assiette de légumes. J’en ai profité pour faire bouillir quelques carottes pour le petit homme. Carottes qu’il a englouties avec des fraises et une toast agrémentée de tartinade de pois chiches genre «sandwich au thon».

Tartinade de pois chiches avec carottes et fraises

Une des difficulté de la parentalité, je crois, c’est que les fins de semaine n’existent plus. Quand tu n’as que toi-même à gérer, quand ben même ta semaine de travail aura été de la grosse marde en spray, tu peux toujours compter sur tes deux jours de congé pour t’en remettre et te changer les idées. Avec un enfant, il n’y a plus de journée de congé. Plus de grasse matinée. Pas que ce soit vraiment important, mais la plupart du temps, en plus de ne pas connaître la date, je ne sais même pas on est quel jour. Pour une raison obscure, j’ai souvent l’impression qu’on est vendredi…quelle ironie!

Une amie m’avait déjà fait la remarque qu’être parent, c’est un perpétuel lendemain de veille.

Y’a des jours où ça s’approche de la vérité.

Y’a aussi d’autres jours où tu te sens infatigable, où tu passes la journée à entertainer ton miniature mieux que n’importe quelle sosie cheap d’Elsa à une fête d’enfant à thématique de la Reine des neiges, où ton café goûte étrangement bon malgré sa piètre qualité, où tu fais un training suant et où tu cuisines un pain citron et graines de pavot à 20h30 pour le déjeuner du lendemain en te disant que ton bébé va se régaler et où tu mets ta tête sur ton oreiller en te disant que t’es un parent su’a coche

Signature

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *