Je mange donc je pense

Il y a déjà un petit moment que je n’ai pas partagé de journal alimentaire avec vous. Celui-ci contient, en bonus, une réflexion.

Je ne fais pas que manger.

J’ai noté pour vous ce que j’ai mangé lors d’une journée de congé, mais pas n’importe laquelle. Le genre de journée -vraiment- de congé où on fait -vraiment- rien. Étonnement, c’est aussi une rare occasion où mon alimentation frôle le plus la normalité…

Déjeuner

La saison du gruau est arrivée et je délaisse tranquillement les smoothies. Ils restent cependant mes favoris de jours de semaine parce qu’ils sont plus rapides et pratiques.

Bol de gruau

Je ne ferai pas ma fraîche-pet en vous disant que je bois 1 litre d’eau citronnée avant de déjeuner. Je bois. De l’eau. Toute la journée. Point final.

Ces temps-ci, je me permet également quelques shooter (shoooter!) d’huile d’origan. Diluée dans un peu d’eau, ça permet de maintenir à flot son système immunitaire. T’en as aussi pour quelques heures à roter la sauce à spaghetti…

Dîner

Salade César

Ceux qui ont déjà lu mes journaux alimentaires se souviennent peut-être que le dîner est souvent botché les jours de congé. Je sais pas ce qui s’est passé ce jour-là, mais j’ai fait un maudit bel effort.

En fait, il s’agit d’un reste de salade césar et de bouchées quinoa-patates douces que j’ai accompagné d’une pomme. J’avais apporté la salade à un souper entres amis quelques jours plus tôt…Parce que le menu n’était pas vegan friendly.

J’ai des amis vraiment en or que j’adore (rime professionnelle) et une amie particulièrement attentionnée qui fait toujours son gros possible pour me recevoir et elle a aussi compris que ça ne me gêne pas d’apporter mon propre repas et c’était une de ces occasions. Cette soirée-là, par contre, sans farce, y’a au moins trois animaux qui sont morts pour le souper de mes amis. Pas que ça me trouble outre mesure ou plus que d’habitude, mais je me suis dit…si un activiste me pognait en train d’avoir du gros fun noir avec c’te beau monde là…je serais pendue par les pieds et dé-végétaliennanisée sur-le-champ!

C’est drôle (non) des fois, mais on dirait que même le regard d’autres végétaliens devient réprobateur. Je me demande, est-ce que ça se peut ne pas être assez végétalien?

Suite à la soirée, j’ai fait quelques recherches sur les Internet et j’en suis sortie un peu troublée de voir que plusieurs végétaliens se sont déjà sentis fortement jugés…par des végétaliens!

J’ai déjà fourni la notion du végétalisme dans un autre article, mais c’est, grosso modo, exclure de son mode de vie, autant que faisable et possible, toute forme d’exploitation et de cruauté envers les animaux. Dans la réalité, je n’ai pas d’ami végétalien. Aucun. Zéro. Fuck all. Est-ce que pour être parfaitement végétalienne, je dois devenir une ermite? Est-ce que parce que j’accepte de manger à la même table que toi, fervent amateur de bacon, j’endosse qu’on ait tué un cochon?

J’ai déjà éliminé les produits d’origine animale de mon alimentation et je porte une attention ultra particulière aux produits domestiques que j’achète (cosmétiques, vêtements, produits de nettoyages, etc.). J’ai encore mon divan en cuir, mais je prêche la bonne nouvelle avec plaisir à ceux qui me pose la question. Est-ce que parce que je ne suis pas membre de PETA et que je choisi mes combats, ça fait de moi une mauvaise végétalienne?

L’autre jour, j’ai dîné au restaurant avec un collègue de travail qui m’a mangé un steak haché-patate pilée dans la face. Non, je n’ai pas abordé mon végétalisme parce qu’il m’a solidement dévisagé quand j’ai retourné mon sandwich aux tomates dans lequel on avait oublié de ne pas mettre de beurre…Je choisi mes combats.

Mon combat n’est pas de faire la guerre à tous ceux qui ne sont pas rendus exactement au même endroit que moi.

Le cerveau embrumé. Café.

Café

C’est une petite gâterie des jours de congé.

Souper

Oh boy. Me suis embarquée dans la préparation d’une soupe aux tomates avec des grilled-cheese, ce qui, à première vue, n’est pas une grosse affaire.

Vous savez cette petite voix…ce petit mauvais feeling…écoutez-le. TOUJOURS!

La soupe aux tomates était en fait dans un de mes livre de recettes; je ne l’avais jamais encore essayée. La dernière étape consistait à transférer la soupe directement du chaudron à un blender. Je sentais que ça allait mal finir…mais j’ai suivi la consigne (belle épaisse).

À peine le blender parti qu’il y avait de la soupe (brûlante) jusqu’au dessus des armoires, entre autre. Joie.

Soupe et grilled-cheese

Une chance, la maudite soupe de c$*4a/ s’est avérée bonne.


Brûlée sur le bras et le ventre (crop top oblige) au 153e degré, la journée s’est terminée avec un peu de pop-corn et quelques bonnes émissions…sur mon vieux divan de cuir…en me disant que j’fais une pas pire végétalienne…

🙂

6 réflexions au sujet de « Je mange donc je pense »

  1. Aïe!!!!!!!! Je compatis tellement! J’ai toujours une crainte quand je pars mon blender, mais là, je redoublerai de prudence. Ça a dû tellement faire mal, et comme c’était des tomates, j’imagine que tu voulais aussi te dépêcher à nettoyer pour faire en sorte que ta cuisine ne se transforme pas de manière permanente en tableau abstrait rouge tomate. Comme tu dis, une chance que la soupe était bonne.

    Moi, ce matin, j’ai reviré le bol dans lequel mon pain avait levé toute la nuit, et une mare d’eau s’est renversée sur ma desserte, dans la desserte, sur le plancher, sous le four, sur mes pieds. Grrrr. Je ne sais toujours pas ce qui s’est passé. Ai-je mis deux fois trop d’eau?

    Oh non, prise pour commander un sandwich aux tomates, il arrive avec du beurre! =/

    Personnellement, je trouve que les véganes (du moins ceux qu’on entend le plus sur les réseaux sociaux) sont plutôt intransigeants. Les jugements arrivent facilement. Mais bon, la majorité (plus silencieuse) est bien correcte. =)

    Répondre

    1. Effectivement, la douleur a passé après le ménage! Et un dégât d’eau de pain…ça commence mal une journée!!! 😛 Il est bon au moins ton pain?!

      Contente de voir que tu as le même sentiment que moi concernant le jugement de compatriotes végétaliens…c’est un peu comme marquer dans son propre but…

      Répondre

    1. Bah je commence à me poser des questions…parce qu’il a clairement essayé de me faire bouillir! :p

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *