Journal alimentaire: édition Montréal

Y a-t-il quelque chose de plus gratifiant que de rouler plus de deux heures pour ensuite marcher des kilomètres sur l’asphalte brûlante d’un magnifique samedi d’été?

Oui.

Faire tout ça pour une poutine.

Cette fin de semaine, c’était le grand PoutineFest, édition Montréal. On savait qu’il y aurait de la poutine végétalienne et ça faisait près de 10 ans qu’on avait pas mis les pieds dans la grande métropole, alors on est parti sur un road trip impromptu.  Au diable la routine!

Déjeuner

La fin de semaine, je ne vois jamais le soleil se lever. Jamais. Il va donc s’en dire qu’on s’est levé à une heure qui laissait peu de temps pour se préparer, déjeuner et partir. Puisque le déjeuner est le repas le plus important de la journée, on a quand même pris le temps d’avaler un verre d’eau, une banane et une barre protéinée, question de toffer la route.

Bananes et barres protéinées

Bien entendu, on ne peut faire ne serait-ce qu’un peu de route sans un café. La température a fait en sorte que je l’ai pris glacé, of course. Lorsque je sais d’avance que je vais m’acheter un café plutôt que de le faire à la maison, j’aime bien apporter ce que nos compatriotes anglophones appellent un «creamer». J’aime particulièrement celui à la vanille française de SoDelicious qui se trouve dans la plupart des épiceries. Ça fait toute la différence.

Café glacé

Diner

J’étais tellement énervée de goûter à ma première poutine végétalienne faite en dehors de ma propre cuisine que je n’ai même pas pris de photos du kiosque. Cette année, le restaurant 57Cals, situé à Laval, avait concocté une poutine poul*t-bac*n spécialement pour l’occasion.

Poutine végane

Je dois honnêtement avouer que c’était délicieux. Attention, ce n’est pas la poutine à laquelle vous vous attendez probablement parce qu’elle n’a rien de traditionnel. La sauce est à tomber par terre avec un assortiment recherché d’assaisonnements et d’herbe. Le poul*t et le bac*n sont une belle addition malgré que je n’aurais pas pu les identifier clairement comme étant des substituts de viande. Ils propulsaient néanmoins cette poutine au niveau supérieur et en ont fait un véritable plaisir gustatif.

Poutine végane

Une limonade maison à 5.50$ a aidé à faire descendre le tout.

Limonade maison

Pour digérer le tout, on a voulu visiter le Centre des sciences. Fermé en raison d’un conflit de travail. Tristesse.

On s’est donc rabattu sur le musée Grévin. Probablement trop conforté par l’horaire estival du Vieux-Québec, on a été fru d’apprendre que la billetterie fermait à 17h.

On s’est ramassé dans un jardin.

Jardin Château Ramezay

Collation

Encore comateux de notre poutine, j’avais tout de même apporté des croustilles pour le retour, au cas où un petit creux se ferait sentir. C’était semi inutile.

Souper

On est rentré à la maison trop tard pour dire qu’on faisait à souper, mais trop tôt pour ne pas manger du tout avant d’aller se coucher. Une soupe à l’ail, trois rouleaux impériaux et un peu de sauce aux cerises plus tard, on était somnolent!

Soupe et rouleaux impériaux


Comme vous le savez probablement, je mange très intuitivement et je ne pratique pas le concept du cheat day, mais j’imagine que ceci pourrait être un bon exemple de ce à quoi pourrait ressembler une telle journée! 😛

Et vous, à quoi ressemble vos cheat day?

Namaste!

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *