No label

Vous vous souvenez peut-être qu’il y a 110 types de végétariens?

Apparences que la communauté végétalienne n’a pas simplifié la chose…

En effet, il semble qu’on ne peut pas être simplement végétalien ou vegan. C’est plus compliqué. Il existe un certain nombre de sous-diètes au végétalisme qui se veut l’exclusion de la consommation de produits d’origine animale. Notez que j’utilise ici le terme «diète», ce que je ne fais généralement pas. Pour moi, le végétalisme est un mode de vie principalement basé sur le respect et la compassion avec un certain lot de restrictions alimentaires. Pousées au-delà d’un certain point, ces restrictions représentent, à mon œil bien entendu, une diète.

Voici donc un survol non-exhaustif des possibilités qui s’offrent à vous dans le merveilleux monde du végétalisme.

Le plant based vegan ou végétalisme à base de plantes

Ce type de végétalien base son alimentation uniquement (ou presque) sur ce qui provient de la terre: fruits, légumes, noix, graines, légumineuses. Donc, il ne consomme généralement pas de produits transformés et évitera les produits gras et raffinés.

Le raw vegan ou végétalisme cru ou crudivore

Tout comme le végétalien précédent, celui-ci ne consomme généralement pas de produits transformés et supprime également les produits cuits au-delà d’une certaine température (autour de 45° Celsius), car la cuisson détruirait tous les enzymes et nutriments nécessaires à une bonne santé. L’alimentation du végétalien cru est donc principalement composé de fruits, légumes, noix et graines crues, germinations, herbes fraîches et peut également inclure des huiles pressées à froid et différents produits non-pasteurisés.

smoothie bowl

Le junk food vegan ou végétalisme mal-bouffe

C’est plutôt simple…Son alimentation inclus une quantité importante de produits transformés sans réelle inquiétude relativement à l’apport nutritionnel des aliments consommés.

Le 80/10/10 ou high carb low fat (hclf) ou végétalisme élevé en carbohydrates et faible en gras 

Cette diète porte une attention particulière aux valeurs nutritionnelles puisque l’objectif de son adhérant est d’obtenir 80% de ses calories quotidiennes via les carbohydrates (sucre simple comme les fruits) alors que les 20% restant devraient provenir en parts égales de (bons) gras et de protéines.

Le raw till 4 ou végétalisme cru jusqu’à 16h

Le végétalisme cru jusqu’à 16h te permet de te bourrer la face d’aliments crus, mais principalement de fruits, et ce jusqu’à 16h. À partir de cette heure, il est autorisé de cuisiner certains aliments. Cette diète valorise très fortement les aliments riches en carbohydrates et n’autorise quasiment pas (ou très occasionnellement) les aliments contenant des matières grasses, incluant les noix.

Le starch solution vegan ou végétalisme de l’amidon

Il s’agit d’une diète élaborée par un certain docteur américain, McDougall pour ne pas le nommer. Pour résumer rapidement, cette alimentation valorise les produits riches en amidon (toujours selon doc McDougall), c’est-à-dire l’orge, le riz, l’avoine, le millet, le blé, les lentilles, les haricots de même que les carottes, les pommes de terre, les courges et les patates douces. Semble-t-il qu’il est plus facile d’identifier un aliment riche en amidon qu’un aliment riche en protéines…

Assiette de frites et condiments

Le gluten free vegan ou végétalisme sans gluten

Plutôt auto-explicatif…aucune consommation de produits d’origine animale et on évite également le gluten.

Le paleo vegan ou végétalisme paléolithique

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’alimentation paléolithique, ça rime avec manger comme nos ancêtres, ceux qui vivaient dans des grottes. En d’autres mots, c’est ok de manger des fruits, des légumes, des viandes maigres, des fruits de mer et des noix, mais on évite les grains, les produits laitiers, les aliments transformés, les légumineuses, les aliments riches en amidon et l’alcool. Un peu à l’inverse du hclf, l’emphase est davantage mis sur les protéines tandis que les sucres devraient être consommés avec modération. Bien sûr, le végétalien paléo ne s’autorise pas les viandes maigres et les fruits de mer.

Qu’en est-il du végétalien imparfait?

Êtes-vous mêlé? Si oui, c’est normal. À mon avis, il n’y a pas de bon ou de mauvais végétalien et ceux qui adoptent une ou l’autre des diètes présentées ici le font généralement car ils y voient un avantage flagrant pour leur santé.

Pour ma part, je suis une végétalienne no label, c’est-à-dire que je ne m’impose pas de restriction. Mon alimentation vagabonde au gré de mes envies. J’ai des périodes où je consomme beaucoup plus de fruits. Parfois, j’ai envie d’un peu plus gras…d’autres fois je pourrais manger des pommes de terre sous toutes les formes 5 fois par semaine. Pas d’étiquette, pas de pression!

J’voudrais vous entendre, êtes-vous un végétalien bien spécialisé ou êtes-vous plutôt libertin? 😛

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *