Prenez garde au chien

Ces dernières semaines, nous semblons nous trouver dans une hystérie collective concernant les pitbulls. Certains les détestent profondément pendant que plusieurs propriétaires de ces bêtes crient à l’injustice et jurent que leur chien n’est pas méchant.

Apparences qu’on discrimine maintenant les chiens. À raison ou à tord?

Chiot pitbull

Je n’arrive pas à me souvenir d’une période où l’opinion publique a été aussi tranchée concernant les pitbulls. Certes, ils ont toujours été un peu menaçants parce que souvent associés à des propriétaires un peu badass. Ces derniers temps, par contre, on dirait qu’ils sont partout et qu’ils font mal à tout le monde. C’est à croire que les journalistes ne rapportent que les nouvelles qui impliquent ces imposants molosses et qu’il ne se passe rien d’autre dans le monde.

On en vient à se demander si c’est vraiment la race le problème ou si c’est l’humain au bout de la laisse (quand laisse il y a, bien sûr :P).

Un peu d’histoire

Les pitbulls à proprement parlé seraient apparus dans les années 1800 dans des contrées britanniques où ils étaient principalement des outils de divertissement: placés dans une arène entourée de gens de peu de fortune, on pariait sur leur victoire face à de gros adversaires comme des taureaux. Le pitbull se voulait un mariage heureux entre le bulldog et le terrier, créant ainsi un chien agile, fort, intelligent et énergique. À cette époque, son poids dépassait rarement les 25 livres. Cependant, dès 1835, ces combats ont été déclarés illégaux.  Évidemment, la race n’a pas été exterminée, sinon nous n’aurions pas ce débat aujourd’hui. Les immigrants britanniques venus s’installer en Amérique ont bien entendu fait le voyage avec leur chien. Le pitbull s’est alors trouvé être un excellent compagnon, fidèle et protecteur. Peu à peu, il a perdu sa réputation de chien d’arène pour laisser toute la place à sa bravoure, sa loyauté et son effort constant au travail, faisant de lui un très bon chien de famille.  Il s’est avéré être un ouvrier de ferme des plus efficace. Avec quelques recherches, il est même étonnant/touchant de trouver des affiches datant de la première guerre mondiale arborant un pitbull.

C’est dans les années 80 que les combats de chiens ont gagné un nouvel élan de popularité dans les milieux plus défavorisés au début. Les éleveurs portent alors peu attention à socialiser les chiens et font même plutôt le contraire, créant ainsi des machines à détruire leur adversaire. Les combats de chiens sont maintenant illégaux, mais la réputation de la race pitbull reste gravement entachée encore à ce jour.

En fait, avant cette recrudescence, il y a très peu d’archive d’attaques de chien impliquant des pitbulls. Une histoire a fait les manchettes à la fin des années 40, mais il a alors été prouvé que l’homme propriétaire des chiens avait incité ceux-ci à attaquer.

Malheureusement, les trente dernières années ont été ponctuées de hauts et de bas faisant du pitbull un chien dont l’appréciation est plus que discutable.

Un chien est un chien

Il est important de mettre une chose au clair: un chien reste un chien et donc un animal peu importe si tu lui fais porter des chaussettes en hiver ou s’il mange dans un bol en or. De ce fait, il y a des circonstances où il est instinctif pour un chien de mordre. Rentrez-vous ce concept dans le crâne: tous les chiens peuvent mordre.  Les dommages fait par la mâchoire d’un gros chien sont certes plus impressionnants que ceux engendrés, disons, par un chihuahua, mais aucune morsure ne devrait être minimisée.

Anecdote en passant, le rottweiler et le berger allemand possèdent tous deux des mâchoires exerçant une pression plus grande que celle du pitbull lors d’une morsure. Physiologiquement, le pitbull ne peut être considéré comme étant le chien «le plus dangereux».

Blâmons l’humain?

Tel que mentionné plus haut, un chien ne mord pas sans raison. En voici quelques-unes. À noter que les raisons suivies d’un astérisque sont causées par l’humain ou peuvent être évitées à l’aide d’une intervention humaine…

  • La génétique*: les éleveurs de chiens sont parfois peu consciencieux et reproduisent ensemble des animaux qui seraient autrement incompatibles. Par exemple, faites reproduire deux chiens anxieux et vous obtiendrez fort probablement une portée de chiots anxieux. L’anxiété et la peur étant des facteurs potentiellement déclencheurs de morsure.
  • Un problème de santé*: chez plusieurs chiens, la douleur ou l’inconfort induit un réflexe de défense et/ou de morsure. Approcher et tenter de toucher l’animal est alors risqué. Il est de la responsabilité du gardien de l’animal de lui procurer les soins de santé requis par son état, qu’il soit malade ou blessé.
  • Une socialisation déficiente*: les premières semaines de vie d’un chiot sont primordiales. À ce moment, il cohabite avec sa portée et sa mère qui est là pour lui apprendre les bonnes manières. Par la suite, le jeune chiot doit être mis en contact avec d’autres chiens, d’autres animaux, il doit se familiariser avec le contact humain, être exposé à différents endroits et différents contextes. Autrement, le chien fera preuve d’une prudence excessive plus vieux qui, comme l’anxiété, peut être précurseur d’une attaque.
  • L’abus*: ai-je besoin d’extrapoler sur ce point? Un animal à qui l’on fait subir des mauvais traitements finira tôt ou tard par se défendre.
  • La protection du territoire*: de nature, les chiens sont territoriaux et vont protéger leur environnement et leur «meute» des compétiteurs. Avec une bonne socialisation, cela n’est généralement pas un problème d’envergure. Par contre, un chien confiné entre les quatre côtés d’une clôture, laissé à lui-même la plupart du temps et qui voit des étrangers entre les trous de la dite clôture, sera inévitablement un chien frustré. Si un inconnu pénètre dans son espace ou qu’il se sauve, il ira apaiser sa frustration et ce sera généralement sous forme d’attaque. C’est un peu comme priver son mari de sexe…Il deviendra vite frustré et cherchera à décharger cette frustration.
  • L’état d’esprit*: un chien laissé à lui-même, sans divertissement, à qui on ne permet pas de dépenser adéquatement son énergie peut atteindre un état psychologique peu envieux…entre l’anxiété et la frustration.

Pitbull

Une fois l’os déterré…

Historiquement, le pitbull a prouvé qu’il peut être un excellent compagnon pour l’humain. Loin de moi l’idée de dire qu’ils sont tous parfaits, mais je ne suis pas prête à dire qu’ils sont diaboliques pour autant. En domestiquant le chien et en jouant avec sa génétique pour créer des races comblant nos besoins, je crois qu’on s’est moralement engagé sur un chemin bombardé de responsabilités. Je trouve égoïste de décharger la faute de toutes les attaques sur les chiens uniquement alors que nos interventions y sont pour beaucoup.

Est-ce que je suis d’accord pour qu’on interdise définitivement la race? Pas du tout. En fait, la littérature indique plutôt que l’interdiction d’une race n’a pas provoqué de baisse des morsures.

Et soyons honnêtes, le pitbull sera rapidement remplacé par une autre race et le manège repartira de plus belle.

J’ai aussi le sentiment amer d’être désinformée, une fois de plus. Les médias n’ont d’yeux que pour les mauvais coups des pitbulls ces dernières semaines comme si c’était le sujet dont il fallait abuser. On parle rarement, voire jamais, des attaques de pinshers…mais c’est vrai, ça ne fait pas de photo sensationnelle…

Pour ma part, je côtoie des chiens quasi quotidiennement et je peux affirmer que je n’ai jamais été aussi mordillée que par des petits chiens.

Il y a une façon de vivre sainement avec un chien et il y a une façon correcte de les aborder. Je crois que c’est plutôt là-dessus qu’il faut travailler.

Qu’est-ce que vous en penser?

7 réflexions au sujet de « Prenez garde au chien »

  1. Je pense qu’il faut toujours prendre ses gardes dès qu’il s’agit d’un animal. Et les séances continuelles de dressages compte également pour qu’un chien vous respecte et s’habitue à vous. Et un chien ne mord pas sans raison.

    Répondre

  2. Il n’y a pas de mauvais chiens mais simplement des mauvais maitres, faute à leur mauvaise réputation il est d’autant plus important sur ce type de chien de veiller à une bonne éducation. Un chien reste un chien, le pitbull n’est pas plus méchant que le chihuahua, seulement dans l’imaginaire collectif c’est une bête féroce.. Remercions pour cela les médias.

    Répondre

    1. Le passé de certains chiens en font peut-être des chiens plus difficiles qui demandent un encadrement différent que tous les maîtres ne sont pas forcément en mesure de donner et ce, peu importe leur race.

      Vous soulevez aussi un bon, mais triste, point avec notre imaginaire collectif qui se laisse peut-être trop facilement enflammer!

      Merci pour votre commentaire Ed 🙂

      Répondre

      1. En effet certains chiens ont un lourd passé, il faut alors beaucoup de travail et de patience pour leur redonner confiance et cela quelque soit la race comme vous l’avez stipulé. Pour ce type de chien il est conseillé de consulter un comportementaliste, celui-ci peut vous accompagner pour vous aider à mieux comprendre votre chien.
        Merci à vous pour cet article qui participe à l’éveil des consciences.. 🙂

        Répondre

  3. Je pense qu’il suffit juste d’être prudent quand on est en face d’un animal même si ce n’est pas un chien. A première vue, les pitbulls ont un physique agressif, mais avec un bon dressage, je pense pas qu’ils ne sont pas si méchants qu’on le pense.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *