Toute bonne chose a un prix

Il existe une légende prétendant que manger végétalien est un luxe dont les sublimes délices sont réservés aux hautes classes de la société.

Les légendes ont comme caractéristiques de mélanger une part de réalité à une part d’extraordinaire.

Il est temps de démystifier le vrai du faux!

Afin d’en venir à une conclusion sensée, je vous propose deux tests.

Tout d’abord, je vous offre une partie de mon intimité en partageant ma stratégie de planification de menus en plus d’un exemple typique d’une épicerie

Ensuite, il est inévitable (et ce ne serait pas honnête de ne pas le faire!) de comparer des produits traditionnels avec leurs penchants végétaliens.

Inutile d’éterniser ce prélude. Entrons dans le vif du sujet!

Mon épicerie

J’ai une solide relation amour/haine avec la responsabilité adulte de faire l’épicerie. J’adore faire l’épicerie quand je n’ai pas faim et qu’il n’y a pas beaucoup de monde. Comprenez donc que les chances que ces deux facteurs se rencontrent ne sont pas assurées.

Heureusement, ces deux problèmes trouvent solution dans le même système : la planification. J’utilise un tableau fait maison dans lequel je décide ce que je vais manger pour souper pour la semaine à venir. En faisant le tour du garde-manger, du frigo et du congélateur, je dissèque ensuite les recettes et note ce que je dois acheter, en plus des classiques comme le lait, généralement de coco ou de soya, les pommes et les fruits congelés. Notez que je ne planifie pas les déjeuners et les dîners…Mes déjeuners sont, la plupart du temps, des smoothies, ce qui ne requiert pas de planification ardue et réfléchie et mes dîners sont les restes du souper de la veille.

Ça peut paraître emmerdant et peu exotique de planifier ses repas, mais cela a certains avantages :

-Éviter d’acheter des choses en double et ainsi en gaspiller.

-Met fin à la sempiternelle question «Qu’est-ce qu’on mange pour souper».

-Limite les achats à ce que vous avez vraiment besoin. Ainsi, vous ne risquez pas d’acheter des choses qui, au final, seront inutilisées et moisiront dans le frigo.

-Permet de sauter les allées inutiles à l’épicerie, ce qui fait gagner temps et argent, car vous serez moins exposés aux tentations.

J’essaie de prévoir un repas qui requiert des produits non périssables et/ou congelés qui pourrait être déplacé à une semaine ultérieure, au cas où un imprévu se présenterait.

Par exemple, voici ce qui est prévu cette semaine:

  • Jeudi: reste de pâtes
  • Vendredi: vide-frigo
  • Samedi: hamburger (fête d’enfant)
  • Dimanche: «ailes de poulet» avec salade (légumes du jardin)
  • Lundi: Dhal avec riz
  • Mardi: wrap buffalo
  • Mercredi: pâtes primaverra

Total de l’épicerie: 66.69$. Pour deux personnes. Pour une semaine. Considérant que j’ai déjà les produits de base à la maison.

Pour prouver que cette épicerie n’était pas stagée, voici les totaux de mes épiceries des quatre semaines précédentes:

  • 2 septembre: 66.66$ (je sais ça fait peur!)
  • 27 août: 73.49$
  • 20 août: 89.49$
  • 12 août: 77.54$

Bref, mes épiceries coûtent généralement entre 60$ et 100$, ce qui, pour moi, ne représente pas un changement significatif par rapport à quand il y avait des produits animaux dans mon panier d’épicerie.

Prix comparés

Les vegan disent que leur alimentation coûte moins chère et les autres disent le contraire…Qu’en est-il vraiment?

J’ai fait le comparatif pour vous. Et j’ai touché un paquet de saucisse à hot-dog. Si ce n’est pas du sacrifice pour vous!

Afin d’offrir un portrait réaliste de la situation, j’ai comparé les prix réguliers de marques bien établies, en évitant la marque «sans nom», dans deux épiceries aux gammes de prix différentes. J’ai fait 152 000 calculs pour en arriver aux prix par gramme ou par livre, selon le produit.

Voici mes résultats.

Prix comparés

Comme vous pouvez le constater, la plupart des produits traditionnels restent moins chers que leur penchant végétaux. Décevant? Pas vraiment…

La bonne nouvelle, c’est qu’aucun de ces produits n’est nécessaires ou obligatoires dans une alimentation végétalienne! Ils sont des alternatives réconfortantes si la transition vous est plus difficile et, restant des produits transformés vous offrant peu ou pas de contrôle sur votre apport en sucre, en sel et en gras, ils ne devraient pas être inclus en abondance dans votre planification.

Conclusion

Les protéines végétales comme le tofu, le tempeh ou les lentilles demeurent moins dispendieuses que les protéines animales. Donc, en les substituant à votre steak ou votre poitrine de poulet, vous constaterez une diminution du coût de votre panier d’épicerie.

Là où le bas blesse, et cela s’applique aux deux scénarios, c’est lorsque vous incluez des produits transformés en quantité. Si c’est le cas, il est faux d’affirmer qu’une alimentation végétalienne coûte moins chère. Par contre, tel que présenté plus haut, il s’agit souvent de quelques sous de différence…On pourrait donc dire, sans gêne, que la différence de prix entre une alimentation carnivore et une alimentation végétalienne incluant des produits de substitutions est…tout à fait négligeable et n’est pas un argument défavorable au changement!

Et vous, à quoi ressemble votre panier d’épicerie?

4 réflexions au sujet de « Toute bonne chose a un prix »

  1. Super billet, bravo!

    Moi, j’ai tendance à dépenser pas mal pour l’épicerie, mais je ne peux pas comparer, n’ayant jamais fait une épicerie carnée. Et je sais que j’achète en double, trop, impulsivement, etc. J’essaie toutefois de me corriger et je m’améliore =)

    Répondre

    1. On est probablement tous coupables des achats impulsifs! La perfection n’est pas de ce monde 😛

      Répondre

  2. Quel article!
    Économiser n’est pas une des raisons qui m’a poussée au véganisme, mais c’est vrai que ne plus acheter de viande et de fromage allège le total de l’épicerie, tout comme le fait de ne pas consommer de repas préparés.
    Cependant, je suis très à l’affût des nouveaux produits véganes, alors je ne crois pas faire beaucoup d’économies.

    Répondre

    1. Effectivement! Les produits végétaliens sont si peu nombreux que lorsqu’un nouveau apparaît sur les tablettes, c’est plus fort que nous!

      Je partage ton vice 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *