Un heureux cocktail

Lorsque l’on devient végétalien, il est évident que l’on arrête de consommer de la viande, du poisson, du lait et des œufs. Bref, tout ce qui est clairement d’origine animale. Puis, vient le moment où notre cerveau sature et on se rend compte que les produits animaux sont insidieux…ils sont même dans notre bière de camping.

Merdouille.

Martini

Effectivement, ce n’est pas une évidence que plusieurs produits alcoolisés contiennent, à différents niveaux, des produits animaux.

Il y a deux possibilités répandues dans l’industrie: soit le produit animal est utilisé pendant la préparation soit il est part entière du produit.

Voyons-voir.

Pendant la fabrication de l’alcool

Un exemple facile serait celui de la bière Guinness qui est filtrée à l’aide de vessies de poissons. Appétissant, je sais. De façon générale, c’est au moment de filtrer l’alcool, et donc très près du produit final, que divers produits non-végétaux seront utilisés. On parle ici, en plus des vessies de poissons, d’albumine (œufs), de caséine (lait), de gélatine ou de sucre (pouvant contenir de la poudre d’os).

Le produit peut également être incorporé à l’alcool pour une question de couleur ou de conservation.

C’est le cas, par exemple, du Campari qui tient sa couleur rouge de la carmine, obtenue via la carapace d’une variété de coccinelle…Cool (non).

Part entière du produit

Certaines alternatives vegan-friendly sont développées et de plus en plus appliquées dans le processus de filtration, mais lorsque le produit est un ingrédient clé de la boisson, c’est un autre problème.

Quelques exemples incluent le lait de poule, le Bailey’s et l’Amarula.

On s’abstient?

Au Canada, les produits alcoolisés dits «normalisés» comme le vin, la bière et le rhum sont exemptés d’indiquer une liste d’ingrédients.

Quoi faire alors?

Vous pourriez bien entendu contacter la compagnie qui fabrique vos boissons préférées et espérer retenir celles qui sont compatibles avec votre alimentation. C’est un bon plan si vous planifiez devenir fou!

Heureusement, des âmes charitables ont déjà fait une bonne partie du travail.

Il s’agit de l’équipe de Barnivore qui offre une banque de données contenant des informations sur plus de 27 000 boissons alcoolisées. Les deux torontois répertorient les informations en provenance des compagnies obtenues par les utilisateurs du site ou par leurs propres recherches.

La recherche peut être spécifique au pays de votre choix, car, effectivement, un alcool peut être végétalien dans un pays et ne pas l’être ailleurs.

Chaque page contient les informations relatives au fabricant ainsi que les courriels reçus par la compagnie confirmant ou non la présence de produits animaux dans leur produit.

Malheureusement, il n’existe pas encore d’application mobile disponible, mais rassurez-vous le processus de création est déjà en cours. Les deux associés mettent cependant une liste complète des alcools à votre disposition. Vous pouvez ainsi repérez vos favoris et les prendre en note sur votre cellulaire. Temporairement. Jusqu’à ce que l’application voit le jour!

Je vous laisse aller faire le test à savoir si votre boisson préférée est végétalienne! Partagez l’info en commentaire, j’suis curieuse!

Cheers!

Mojito aux fraises

2 réflexions au sujet de « Un heureux cocktail »

  1. Aussi on dit que les frites 5* étoiles sont cuites dans le gras de porc ou de boeuf….

    Répondre

    1. Peu probable, mais pas impossible! Utiliser du gras animal pour cuire des frites n’est pas très rentable pour un restaurant, l’huile végétale étant meilleur marché. Par contre, il arrive que les assaisonnements, eux, contiennent des produits d’origine animale. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *