Un soupçon de haine

Y’a des jours où on manque d’inspiration, puis on est soudainement submergé d’idées géniales à ne plus savoir laquelle développer en premier. Aujourd’hui était un de ces jours pour moi. J’étais partie pour écrire un shit load d’articles tellement j’étais inspirée.

Par contre, aucun de ces fabuleux articles ne sera publié sur le blog aujourd’hui. Parce que j’ai décidé d’écrire sur autre chose. Totalement.

No big surprise, j’ai été gratuitement insultée sur les Internets ce qui, en soi, n’est pas vraiment un problème parce que ça fait partie de la game (j’imagine?). Ce qui m’a agacée, c’est qu’on s’est permis un commentaire tout à fait impertinent et pas du tout constructif sur les végétaliens alors que je n’avais injurié personne…ni jugé personne…ni posté de vidéo horrible d’abattoir…ni traité personne d’assassin. J’avais posté une photo d’un chien heureux qui se faisait léché la face par des vaches en écrivant «Ma face quand vendredi arrive». Ouep… J’ai changé de face assez vite.

Je me suis alors mise à réfléchir et à me questionner sur pourquoi les gens détestent les végétaliens.

carnet de note

La faute des extrémistes?

Il y a des gens qui sont végétaliens depuis 25 ans et qui n’ont jamais fait de vague, mais maintenant que c’est considéré comme une sorte de «mode» par certains, que le végétalisme est sur la sellette, il semble y avoir des vegan-extrêmistes-auto-proclamés-meilleurs-défenseurs-des-animaux-de-tout-l’univers qui font que les végétaliens tranquilles, compatissants, gentils, respectueux de leurs congénères de toutes espèces et qui font leur bout de chemin sans chercher le trouble ont envie de se cacher dans un trou.

Est-ce que je leur en veux? Pas vraiment…Ils croient profondément en leurs convictions et aimeraient bien sûr que tout le monde y adhère parce que, pour eux, ne pas manger d’animaux est une évidence. C’est bien en quelque sorte et c’est une façon de faire passer un message…S’il n’y avait jamais eu de révoltes ou de groupes de pression au courant de l’histoire, il y aurait certainement encore beaucoup d’injustices désolantes.

Peut-être que ces activistes crient tellement fort qu’on en oublie qu’il a d’autres types de végétaliens…le type qui vit ça dans sa cuisine…avec son chat…mucho tranquilo. 

Une question de culpabilité?

Certains végétaliens détestent les omnivores parce qu’ils mangent de la viande et certains omnivores détestent les végétaliens parce qu’ils…se sentent coupables? Je n’en ai aucune idée. Aucun organisme de santé ne suggère d’augmenter sa consommation de viande, l’OMS a reconnu le potentiel carcinogène des charcuteries, on sait que la production de viande demande énormément de ressources et on sait aussi comment les animaux peuvent être traités. Les preuves semblant prouver les avantages des produits végétaux s’accumulent, mais on continue malgré tout de manger du steak parce que c’est une tradition, nos ancêtres en mangeaient, on en a besoin pour survivre, c’est bon…Ce n’est certes jamais agréable de se faire dire que notre façon de faire est inexacte.

C’est ton opinion, mais ce n’est pas la mienne, donc ce n’est pas la bonne?

Non.

C’est légitime de justifier son opinion et tout le monde y a droit. Surtout quand ton opinion concerne quelque chose que tu fais trois fois par jour, mais c’est quelque peu débile de juger quelqu’un (et d’évaluer son implication dans le monde controversé de la revendication) basé sur son alimentation?

Tous les homosexuels n’ont pas des manières plus féminines. Tous les noirs ne sont pas experts en rap. Toutes les blondes ne sont pas stupides. Tous les végés ne sont pas des extrémistes chiants.

Un bloggeur végé n’exige pas forcément que le monde entier devienne végé comme un bloggeur maquillage n’impose pas forcément au monde entier d’acheter du fond de teint à 60$.

Respect/Namaste.

2 réflexions au sujet de « Un soupçon de haine »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *